Chambre d’enfants partagée ou séparée ?

Si l’on m’avait dit il y a 5 ans que je ferais dormir trois enfants de moins de 5 ans dans la même chambre, je n’y aurais clairement pas cru !

Au début, je n’étais pas favorable à leur faire partager la chambre. D’une part, nous avions la chance d’avoir l’espace pour les séparer, et, j’estimais que j’avais assez de challenges à relever avec deux bébés de moins de 2 ans (comme celui d’arriver à dormir 3h d’affiler par exemple !). Enfin, il ne faut pas se mentir, je suis plutôt réfractaire au changement. Je me conforte dans l’amélioration de l’existant et la recherche de la perfection. J’ai trop souvent lu que les enfants avaient besoin d’un cadre et de limites stables pour évoluer. Le chéri, lui, est du genre multi-maxi-challenges permanents: toujours sortir de sa zone de confort serait bien le qualifier.

A la fin grossesse, le chéri se faisait de plus en plus lourd quant à la chambre commune des filles, rêvant d’un dortoir où nous empilerions les bambins. Il nous restait 1 mois avant la naissance et aucune chambre libre (il faut dire qu’avec 3 enfants, il faut commencer à repenser la logistique!). De mon côté j’avais opté pour dormir avec le bébé. Je repoussais l’échéance, protestant mon sommeil chaotique et le fait que ça ne risquait pas de s’arranger dans les prochains mois. Les journées me semblaient déjà interminables avec mon énorme ventre, je ne me voyais pas supporter 2h de vas et viens dans leur chambre pour les faire taire.

Puis, lors de ma première nuit à la maternité, j’ai reçu LA photo : mes deux poupées endormies sereinement dans la même chambre.  Well done !

Je ne vais pas vous mentir, cela fût le début de plusieurs semaines  de travail afin de trouver et d’installer la bonne routine. Mais aujourd’hui, tout se passe très bien et Miss Avon a même rejoint la chambre de ses soeurs depuis notre arrivée au Gabon.


Quel est l’âge idéal pour leur faire partager la même chambre ?

Pour moi il n’y a pas d’âge idéal, cela dépend des enfants et des parents. Il me semble mieux d’attendre que tout le monde fasse globalement ses nuits mais je sais que certaines font partager la même chambre à leur enfants dès les premières semaines.

Sur ce point, je m’étais déjà rendu compte du bénéfice de la présence de Miss Momie dans l’endormissement de sa grande soeur. A l’heure de la sieste de l’après-midi (Miss Momie n’avait alors que quelques semaines), je laissais les portes de leur chambres respectives ouvertes, les ronronnements du bébé berçant Miss Choufleur et l’aidant à rentrer dans l’endormissement.

Les filles avaient tout juste 4 ans et 2,5 ans quand nous les avons réunies dans la même chambre. La 3ème les a rejoins quand elle a eu 15 mois.


Comment se passent nos nuits ?

Une chose est sûre: elles ne sont certainement pas pires que si les filles avaient des chambres séparées.

Les réveils nocturnes du bébé ne réveillent pas les grandes. Si Miss Choufleur a toujours eu un sommeil de plomb. Celui de Miss Momie, bien plus léger, est devenu plus stable depuis qu’elle dort avec ses soeurs. A mon avis, elles ont pris l’habitude de s’endormir et rester ensommeillées, et ce même dans un environnement bruyant.

Les accidents avec des réveils généraux se comptent sur les doigts de la main. Les filles ont désormais pris l’habitude de respecter le sommeil de leurs soeurs. Elles se lèvent doucement la nuit et le matin. Nous avons eu quelques pipis au lit des grandes qui n’ont même pas réveillés le bébé (qui a encore le sommeil léger). Elles ont appris à vivre en communauté. Et dormir ensemble est désormais propice aux doux réveils et câlins matinaux: choupitude absolue.


Quelques pistes qui nous ont aidé :

  • Expliquer, responsabiliser est la base de tout changement: leur expliquer qu’elles partageront leur chambre à l’occasion de l’arrivée de leur soeur ou tout autre raison. Leur donner les avantages à se rapprocher et chacune des responsabilités distinctes (gérer la veilleuse, s’occuper d’aller chercher le pot..)
  • Avoir un lit superposé : en plus de l’espace gagné, les lits superposés ont l’avantage que les enfants ne se voient pas. L’ainée est responsabilisée par sa position en hauteur.
  • Mettre le pot dans la chambre nous a permis d’éviter le bruit pendant les levers nocturnes mais surtout éviter le « mamaaaannnnn pipiiiiiiii » réveillant tout le monde, toute chambres confondues…
  • Laisser la porte ouverte : j’avais plutôt tendance à penser qu’il fallait le silence complet mais je me suis rendu compte que laisser leur porte entrouverte pouvait les aider. Nous entendre les rassuraient mais elles se rendaient surtout compte que nous entendions tout: plus de barrières, c’était au choix: le silence ou les parents qui se fâchent. Le salon étant attenant à leur chambre, nous pouvions réagir au moindre murmure.
  • Eviter de les laisser trop discuter une fois les lumières éteintes : les soirs de week-end ou des vacances nous les laissions discuter un peu entre elles. Mais j’ai souvent remarquer qu’il était ensuite difficile de les calmer, puis qu’elles ne comprenaient pas vraiment pourquoi nous étions plus souples soirs que d’autres. De ce fait nous avons progressivement opté pour un temps calme plus long, avec la lumière et des livres pour les laisser profiter de ce moments ensemble afin que l’extinction des feux soit synonyme de silence.
  • Doser la fatigue : un enfant fatigué est plus favorable à l’endormissement rapide qu’un enfant qui a dormi 3H l’après-midi. Ici le partage de la chambre a coincidé avec l’arrêt de la sieste de la grande. De ce fait, Miss choufleur s’endors très rapidement alors que Miss Momie, qui dort encore l’après-midi, met un peu plus de temps (mais n’a personne a qui parler !).
  • Rester dans la chambre jusqu’à l’endormissement : j’avoue que cela m’est arrivé plusieurs fois, surtout quand la grande faisait la sieste l’après-midi. Dans ce cas je prenais un livre, la lumière du portable (ou mieux investissez dans un kindle !). Effets garanti pour favoriser son auto-endormissement….

Je suis vraiment contente qu’elles aient pris le pli car cela va nous simplifier la vie lors des déplacements ou voyages. Avec 3 enfants, il est quand même compliqué de débarquer : « hey vous avez 4 chambres à nous prêter ?! ».

Désormais je sais que nous n’avons plus de contraintes. Au moins de ce côté là….


Et vous vous êtes plutôt chambres séparées ou chambre commune ? 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Une réflexion au sujet de « Chambre d’enfants partagée ou séparée ? »

  1. Chez nous c’est chambre séparée pour nos deux ptits gars de 3 1/2 (tout juste à l’école) et notre 20 mois. Ton article est très intéressant car je réfléchis à la possibilité de faire 1 chambre commune et une salle de jeux… et tes filles sont tellement mimi !

Laisser un commentaire