Apprendre à « lâcher prise »

lacher priseJ’ai toujours été anxieuse, sûrement un mélange de perfectionnisme et de doutes permanents, ajouté à un léger manque de confiance.

Je ne suis pas maniaque, je dois même dire loin de là. De ce fait, j’ai choisi un mec ultra carré et maniaque. Je vis donc dans un appartement ultra clean, ambiance « monsieur propre est parmi nous ». Au lever à 7h, le lave-vaisselle est rangé, le linge plié et les filles à table tirées aux 4 épingles.

Alors forcément, je me dis que seule, je n’y arriverais jamais. Avec 3 enfants de 4, 2 et 4 mois, la débandade me guette. Pourtant si il y arrive, pourquoi pas moi ?

Le problème c’est que je suis désormais habituée à cet environnement nickel. Je supporte de moins en moins le désordre. Les grossesses et les différentes « impuissances », concomitant avec l’état de « grosse baleine échouée », ne m’ont pas aidées non plus.

Et puis, pour en rajouter une couche, je suis ultra sensible aux cris, aux pleurs de mes bébés (mon mari dit d’ailleurs que ce ne sont pas des pleurs, c’est dire ma sensibilité). Parfois je me demande quelle folie m’a poussée à avoir 3 enfants. Et puis je me souviens vite de rêve d’une famille nombreuse et de petits nains qui courent partout.

Je suis juste une super méga maman poule. Je veux tellement que tout aille bien, qu’elles mangent équilibré, dorment assez, apprennent assez, soient aimées, s’aiment entre elles… Etc, ect. Chose bizarre aussi, je veux donner TOUS les biberons à ma fille, comme si je me mettais une pression supplémentaire de ne pas avoir pu être la mère nourricière que j’aurais aimé être… Le monde Bisounours c’est ma vie rêvée des vies. Sauf que ça ne l’est pas. Je le sais, mais c’est plus fort que moi.

Alors mon caractère de cochon, mes grognements, mes menaces, mes cris oscillent avec mes tentatives de zen attitudes, mes câlins, mes tentatives de « communication non violente » (Catherine Gueguen & Filliozat…Merci de me ramener à la raison, Amen !).

Pourquoi ai-je parfois l’impression de gérer la bourse alors que je gère juste une famille de 3 enfants (enfin 1/3 des tâches car chéri en gère les 2/3) ? Pourquoi certaines mamans sont si cool ? Pourquoi faut-il que je me crispe à chaque couinement d’un de mes bébés ?

Et puis je vois les copines complètement zen, je rencontre des personnes qui ont de « vrais » problèmes avec leurs enfants, et je me dis que mes 3 poupées sont en bonne santé. Je reviens à la raison, pour quelques instants tout au plus.

Le bon point dans tout ça, c’est ma prise de conscience et ma volonté d’aller vers la zen attitude. En ce moment, je réfléchis et je travaille beaucoup beaucoup sur des axes pour devenir une maman ultra zen :

  • 1H de pilates minimum par semaine : cette méthode est top pour les mamans, elle est douce, détends, renforce les muscles profonds (et surtout les abdos). J’en ressors légère et détendue.
  • Faire attention à ma posture : grâce au pilates, j’apprends à me tenir correctement, le ventre « engagé » (c’est à dire le ventre rentré « comme si je fermais mon pantalon », les épaules basses. J’adopte la respiration « en accordéon » par les poumons. Au final, je dois me reprendre 25 fois par jours… C’est pas encore gagné !
  • Me remettre au jogging : vivre à la mer est un appel au jogging. Il faut une grande motivation pour se mettre à courir mais ensuite c’est une vraie libération. Je peux me défouler en peu de temps, à n’importe quel moment et pour un budget nul.
  • M’allonger et me forcer à un moment de repos quotidien en même temps que la sieste des enfants (même si j’ai 20 000 choses à faire).
  • Supprimer la télévision : j’ai peu de temps alors je dois forcément faire des choix. J’ai donc supprimé complètement la TV de mes habitudes. D’ailleurs nous n’en n’avons plus (et je ne la regarde même plus sur l’Ipad depuis que « Les Maternelles » a été arrêtée !!). Au moins cela résout le problème de la gestion de la TV auprès des enfants et ce n’est pas plus mal de les habituer à vivre sans.
  • Profiter de la nuit tombant pour prendre un livre : lire me permet d’apprendre et de développer mon vocabulaire pour écrire ici notamment. Et supprimer les écrans à partir de 21H laisse mon cerveau se reposer et se préparer au sommeil.
  • Cuisiner : j’adore cuisiner et bien manger. C’est mon activité favorite pour décompresser et me vider la tête (en plus j’ai investi dans le thermomix, je vous en parle très vite).  Mais cela a tendance à devenir une obsession : faire manger des légumes aux enfants, ne pas consommer de produits transformés, innover à chaque repas… Alors j’essaie de prendre du recul.  Passer des journées sans rien faire, commander des sushis et donner des Petit Lu aux filles, elles n’ont pas l’air d’en souffrir et moi je décompresse !
  • M’asseoir et les regarder jouer : j’en ai déjà parlé mais c’est pour moi hyper important de m’arrêter quelques minutes par jour pour prendre le temps de les regarder. Je ne travaille pas. Je vis avec elles donc c’est pour en profiter un maximum. Le temps passe trop vite…
  • Apprendre à lâcher prise : la nouvelle tendance (dixit un article de ELLE de cette semaine), c’est de faire avec son enfant comme si c’était son 3ème. Sauf qu’ici c’est déjà le 3ème. Mais il n’est jamais trop tard non ? Elle ne veut pas manger de légumes. Tant pis. Elle veut finir son puzzle avant manger. Ok je repousse l’heure du dîner, où on commence sans elle. Faire des repas de chips et petits-suisses. Regarder deux dessin-animés. Mettre le bazar dans la chambre et le garder 24H durant (alors la je prends grave sur moi). Faire un gâteau au chocolat avec la petite de deux ans et accepter de le voir totalement râté pour cause de grumeaux partout (=elle a tenu à remuer). J’en ai des milliards comme ça…
  • Regarder toujours le positif: elle ne mange pas. C’est pas grave elle grossit et passe sa journée à sourire c’est que tout va bien. J’apprends peu à peu à laisser ma to do list pour un autre jour et profiter du moment présent sereinement.

J’ai encore énormément à apprendre. Lâcher prise n’est pas si simple. Mais je sais que si je ne fais pas d’effort, je risque de me réveiller dans quelques années en regrettant ces moments de tension ou ces moments gâcher par mon excès de pression.

Et vous ? Avez vous des astuces pour devenir une maman zen ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 réflexions au sujet de « Apprendre à « lâcher prise » »

  1. Coucou ! Ah oui, j’ai des astuces pour devenir zen : j’ai écrit un article avec le même titre que le tien pas plus tard qu’hier ! Du coup quand je lis le tiens je me sens beaucoup moins seule 😉 !… Je prends bien note de tous tes bons conseils, n’hésite pas à venir voir ma vision des choses sur mon blog 😉 !
    Bisous et merci pour ce chouette article !

Laisser un commentaire