Au secours j’ai 30 ans #oupas

Pour ceux qui me suivent sur Instagram, vous savez la grande nouvelle : la maman chat à 30 ans ! Youhou… Euh… En fait ça change quoi d’avoir 30 ans ? Certains disent que c’est le début de la fin, d’autres que c’est le début de l’épanouissement personnel. Je vote pour la seconde option.

Avoir 30 ans un achèvement terme de confiance. Cela a été un long chemin pour moi depuis le primaire. Je suis revenue d’expatriation africaine en CE1. A l’époque, il n’y avait pas la TV, internet ou skype où je vivais. Alors à mon retour à l’école française, les dernières modes m’étaient inconnues. J’ai été mise à l’écart à la récrée par manque d’habileté au jeu de l’élastique, ou par manque de vocabulaire « fifilles »…  Bref j’étais légèrement déconnectée de mes camarades. Au collège j’ai commencé à rattraper mon retard, je suis devenue une fille lambda, qui rendaient les garçons (et mes amoureux)  insensibles. Je ne suis pas là pour vous faire pleurer, ni moi non plus d’ailleurs. Mais je pense que le manque de confiance nous touche tous à un moment de notre vie. Mais quel dommage…

Ca fait un moment que je voulais écrire un article sur cette étape des 30 ans, pour avoir un souvenir, comme pour mes autres billets. Mais il m’a fallu plusieurs jours pour comprendre : qu’est-ce qui fait que j’ai pris cette confiance ?

Avant, je pensais que la confiance en soi c’était atteindre telle ou telle échelon de carrière ou bien tel ou tel statut social. J’espérais qu’en ayant le dernier tie and dye de la bombasse sur la une de ELLE, ou le dernier Iphone m’aideraient à avoir confiance. Non, la confiance est beaucoup plus simple que ça : elle est le sens qu’on veut lui donner.  Mais avoir confiance en soi, c’est surtout avoir confiance face « aux autres ».

Plus le temps passe, moins le regard des autres pèse sur moi. J’ai créé mon cocon familial. Nous nous aimons tous très fort (quelle chance #sevenheavenlalalalalalal). Cela me suffit. Alors ce que pense le voisin ou le beau gosse dans la rue, je m’en contre fiche. Ne serait-ce pas ça la confiance en soi ? Simplement prendre ses distances avec tous ces diktats de la société, ne rien s’imposer et vivre sa vie comme elle vient ? Bien sûr je continue d’aimer bien m’habiller, me coiffer, me maquiller… Je veux me plaire, leur plaire. A date, mon plus beau compliment intersidéral est le « t’es belle maman » de Miss Momie. Je pourrais très bien sortir en jogging sans maquillage (à condition de ne pas croiser de miroir hein faut pas pousser ;). Fini pour moi le temps où je ne sortais pas sans mon dégradé de roses sur les paupières (vous auriez bien aimé le voir hein ?).

Je fais du sport pour moi et non pour ressembler à Britney – de toute façon maintenant c’est fichu – , je lis pour moi et non pour briller en société. Je sors si je veux et non pour donner une image de la « femme parfaite » (j’en suis très très loin). Je préfère me coucher tôt et profiter de mes filles la journée. Je suis souvent fatiguée et je ne m’en cache pas (je devrais d’ailleurs songer à moins en parler). Ceux qui me traitent de mamie ? Et bien je rigole avec eux car j’assume entièrement.

Même constat dans le contexte social: je n’hésite plus à dire ce que je pense, à donner mon opinion. C’est simple car je n’ai plus peur d’avoir tort. J’admets ne pas savoir et j’aime ça car c’est l’occasion d’apprendre. Savoir que l’on ne sait pas : une bien belle idée pour la confiance en soi.

J’ai plus confiance en moi surtout car je suis fière d’avoir co-créer (chéri y est un peu pour quelque chose aussi hein) trois magnifiques princesses. Si je n’avais rien fait depuis 30 ans que d’avoir mes enfants, cela me suffirait pour toute ma vie. Avoir des enfants, les voir grandir, les aimer et se sentir aimé est la meilleure  prise de confiance qu’il soit.

Question condition physique, à 30 ans, on repassera. Après trois grossesses, je suis assez loin du physique de mes vingt ans. Mais encore une fois j’assume. Je me satisfait de ce nouveau corps et de ces cicatrices qui ont donné la vie 3 fois. A 30 ans, il est facile de se satisfaire. On verra à 40 ou 50 ou ce sera certainement plus compliqué.

A 50 ans, j’espère que je relirais ce billet et je murmurerais à mes petits enfants: 30 ans c’est génial mais que 50 c’est encore mieux !

IMG_3543

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire