A ma 3ème poupée

Ma toute petite dernière, tu étais bien dans le ventre de maman mais il a fallu te faire sortir mercredi dernier.

J’avais presque oublié la douleur de l’accouchement, la fatigue physique et nerveuse qui s’en suit. Mais j’avais surtout oublié la bonne odeur du nouveau né, les vagues d’émotions et de sentiments, les pleurs, ce besoin d’être collé/serré, ce besoin de chaleur, cette sensation de vide en moi.

J’ai découvert ton visage ce 6 avril, une nouvelle petite fille, et maintenant je t’aime chaque jour un peu plus. Et 7 jours plus tard, ces sentiments me dépassent déjà…

Ma 3ème petite fille, je sais oh combien le temps va vite passer. Chaque naissance et chaque expérience sont différentes. J’ai pleuré quelques jours après la naissance de ma Miss Choufleur. Puis j’ai compris bien plus tard mes difficultés à créer ce lien, à assumer ses pleurs, à accueillir ces émotions auxquelles je ne m’attendais pas… Et je regrette encore ces instants perdus. Alors, à la naissance de ma Miss Momie, je n’ai pas pleuré. J’ai juste savouré, j’étais prête et confiante dans mon rôle de maman.

Mais cette fois, je pleure. Je pleure déjà de me dire que cette magie du nouveau né sera finie dans quelques semaines….Bien sûr ce n’est que le début de la magie mais je suis déjà nostalgique. Mardi, je retrouve mes grandes et nous allons enfin être nous 5. Il me tarde de les voir avec leur petite soeur, de pouvoir enfin les embrasser et les serrer sans ce gros ventre entre nous. Mais ce sera aussi la fin de cette semaine de parenthèse enchantée avec ma toute petite.

Alors en attendant, même si les réveils et le manque de sommeil sont toujours aussi cruels, je me gave de cette magnifique poupée toute fraîche. Je vis chaque tétée nocturne comme la dernière. Je fourre mon nez dans son petit cou pour m’enivrer de son odeur et m’en rappeler à jamais. Je m’en occupe un maximum, je la regarde, des heures, des jours et des nuits…. Je peste quand elle part avec son papa pour que « je me repose ». Je sens le manque, le manque de son odeur, de la sentir près de moi. Je suis heureuse de la tenir enfin dans mes bras mais je crois que je n’étais pas encore prête à couper le cordon. En attendant je veux continuer de profiter de cette fusion. Je la regarde repue, pleurer, faire ces petits sourires, tortiller ses petites jambes de grenouille avec son petit duvet. La changer, lui parler, la nourrir, la bercer, la porter, la câliner, lui faire des bisous, lui caresser les cheveux et sentir sa peau. Je profite de chaque seconde car je sais qu’il est impossible d’arrêter le temps….

Avoir un enfant est la chose la plus merveilleuse, intense et difficile à la fois. Certaines femme parlent de la sensation de « famille au complet ». Je voulais trois enfants, c’est chose faite. Mais serais-je un jour capable de faire le deuil de cette expérience ? Je ne me sens plus prête du tout….

IMG_2793

7 thoughts on “A ma 3ème poupée

  1. Dans un premier temps, félicitations ♥
    Comme je te comprends.
    Mon petit 3ème est arrivé le 26 février avec 3 semaines d’avance.
    J’avais presque oublié ces sensations de « jeune maman », de découverte de son nouveau né, de son odeur etc…

    J’ai peur du temps qui passe. Mon coeur a parfois mal quand je pense qu’il va grandir tellement vite. 1 mois et demi qu’il est là et je le vois déjà tellement changer.

    Je pensais être prête à ne plus avoir d’enfant, avoir ma famille au complet (d’ailleurs ça me fait penser que j’ai un billet là dessus en préparation que je dois terminer) mais mon coeur me dis autre chose. Je crois que finalement je ne suis pas prête à dire au revoir à toutes ces nouvelles découvertes que nous offrent chaque bébé.

    • On est pragrammée pour avoir des enfants jusqu’à un certain âge. Clairement je pense qu’une femme peut difficilement tirer un trait sur cette faculté tant qu’elle n’a pas atteint « cet âge limite ». Il paraît que quand les enfants grandissent, cette envie de bébé diminue… On verra mais j’espère quand même qu’il y aura un 4ème surprise 😉

Laisser un commentaire