Le passage au grand lit : bilan après 6 mois

L’idéal aurait été que Miss Choufleur dorme dans un grand lit (90x190cm) un peu avant la naissance de Miss Momie. Maintenant, je crois que j’ai compris que mon idéal n’était pas forcément celui de mes filles.

Au final, nous lui avons laissé le lit à barreaux jusqu’au dernier moment, c’est-à-dire ses deux ans, quand elle a compris comment y entrer et sortir. Ce jour là c’était fini. La suite a été assez chaotique voire catastrophique. Quand j’y repense, je me dis que je mon esprit de maman zen grandit. Plus le temps passe, plus je me relaxe et me dis que « ça passera ». Heureusement.

Après presque 6 mois d’expérimentation « lit de grande », nous sommes passés par beaucoup de phases :

Les couchers multiples.

Après l’avoir recouchée des millions de fois, nous avons décidé de fermer la porte de sa chambre à clés. J’avais investi dans l’écoute bébé caméra Avent à la naissance de Miss Momie. Il me sert finalement pour surveiller la grande. Nous essayons régulièrement de laisser la porte ouverte, mais rien à faire, elle sort. « Ca passera ».

Les essais avec les enfants dans la même chambre :

2) Nous avons essayé de mettre les deux bébés dans la même chambre, en même temps. Résultat ? des pleurs, une miss choufleur dans le lit bébé à sauter sur sa soeur, des cris…. La coucher après que le bébé soit endormi n’a pas fonctionné non plus.

Sieste ou pas sieste ?

Miss Choufleur a parfois mis 2 / 3 heures avant de s’endormir le soir, surtout si il y avait eu une bonne sieste l’après-midi. Je suis contente d’avoir persisté pour la sieste. J’ai hésité à la supprimer. Elle ne l’a plus faite pendant une période et restait dans sa chambre à jouer ou faire des bêtises. Les soirées étaient difficiles et elle allait tôt au lit. Elle la refait depuis deux semaines et je dois dire qu’on apprécie nos soirées en famille, surtout sachant que nous travaillons tous les deux.

Tenter l’autonomie à 100% et le mode « grande fille » = pas de couche, porte ouverte, possibilité d’aller aux toilettes…

L’autonomie totale a donné de bonnes bêtises dans la salle de bain, et surtout d’excellentes raisons pour ne pas dormir.

Depuis que nous fermons la porte, elle mettait la couche uniquement la nuit, et il n’y avait plus d’accident à la sieste. Puis du jour au lendemain, elle a demandé à remettre une couche (excuse pour rallonger le coucher ?). Depuis nous lui mettons… « Ca passera ».

Le fameux rituel du coucher :

Le coucher est toujours un peu long. Le premier rituel est le « pipi, les dents, le lit ». Parfois c’est bien plus long que prévu avec des crises… Dans ce cas je ne reste flexible, tant pis si elle ne se lave pas les dents de temps en temps. Nous faisons « pipi, les dents, le lit » ensemble (le tableau de famille, c’est cadeaux 😉 ). Hier soir, alors que je m’endormais sur le canapé, elle m’a même pris par la main « allez viens maman, on va au lit ensemble ». La choupitude absolue. Ensuite, nous avons le rituel de l’histoire mais parfois, je suis fatiguée, je lui explique, et elle lit son histoire seule.

Créer un cocon pour l’enfant, avec tout ce dont il a besoin : doudous, un peu d’eau, un livre, mais aussi donner l’impression de fermer le lit avec une moustiquaire ou un rideau à baldaquin.

Les trucs de notre enfance :

Proposer de compter les étoiles, les moutons ou autres animaux du moment. Cette techniques nous a sauvé plusieurs fois, alors que nous désespérions… Je pense qu’elle a besoin que nous l’aidions à se calmer, qu’elle doit encore apprendre à s’endormir, c’est un apprentissage qui semble assez long pour elle. Elle va y arriver. Nous sommes là pour l’aider 🙂

Relativiser :

Au début j’étais psychorigide: lumière éteinte, porte fermée, petite fille dans le lit, pas de biberon au lit, pas de livre.. J’ai remarqué que lâcher prise avait des effets positifs sur l’endormissement. Volontairement maintenant, je lui laisse la lumière allumée et lui propose de l’éteindre elle. Elle garde au moins un biberon d’eau et parfois même un biberon de lait qui l’aide à s’endormir. Elle garde un livre aussi (en carton de préférence).

Bilan :

Il y a du mieux. La porte est toujours fermée pour l’aider à se canaliser. Je l’ouvre dès qu’elle dort. Il arrive qu’elle continue de s’endormir par terre, ou que je la retrouve sur le carrelage dans le couloir, mais ce n’est plus tous les jours. J’ai l’impression qu’elle aime de plus en plus aller se coucher. En ce moment, elle refait de bonnes siestes, ce qui nous laisse l’occasion de passer de bonnes soirées en famille. Il va falloir encore du temps mais nous avançons, petit à petit.

IMG_6340

Samedi, nous avons fait de la pâte à modeler maison, des escargots et une pizza ! Je vous partage la recette dans un prochain billet.IMG_6339

Mercredi, nous avons (enfin) fait le sapin de Noël, avec une innovation de Mis Choufleur : « la grappe de boules ».

2 thoughts on “Le passage au grand lit : bilan après 6 mois

  1. Mon fils, même âge, est très « grappe de boules » aussi 🙂

    Pour le coucher, c’est très très dur ici aussi (et il ne fait pas ses nuits, surtout après les siestes de 2h30 à la crèche…) donc je lui donne toujours un bib de lait le soir (ça me fait super flipper pour ses dents, mais vraiment pas le choix) et je me couche à côté de lui jusqu’à ce qu’il s’endorme. C’est vraiment pas le top, mais entre ça et les hurlements… courage mais ça semble aller dans le bon sens pour toi !

  2. Il y a des rechutes parfois. Chacun ses astuces. Ne t’inquiète pas trop pour les dents, il me semble que les dents de lait c’est « moins grave » que pour nous adultes. Joyeux Noël !

Laisser un commentaire