Quand tout n’est pas tout doux en expat…

Mon dernier billet, je parlais de nos week-end à plage. Mais tout n’est pas toujours aussi idyllique…

Nous sommes dans un pays plutôt calme, sans guerre, et sécurisé. Nous sommes complètement libres alors que dans certains pays, les expats doivent vivre dans des camps fermés pour être en sécurité.

Mais, depuis quelques semaines, le climat devient plus tendu. Cela a commencé par des grèves d’entreprises du secteurs pétroliers… Soit plus d’essence dans les stations si bien que je me suis retrouvée à faire le plein tous les 2 jours au cas où l’essence venait à manquer ainsi qu’à négocier pour pouvoir remplir des bidons (alors que c’était interdit pour éviter le commerce parallèle).

Nous sommes sur une petite île ou 90% de nos consommations sont importées. Alors quand l’essence vient à manquer, il vaut mieux prévoir aussi d’avoir le frigo plein avant que les bateaux ne puissent plus arriver. Je fais attention en priorité à avoir un stock d’eau (l’eau du robinet n’étant pas potable), du lait bébé et couches, et des boîtes de conserves, pâtes, riz…

Le contrôles de police s’intensifient. Je dois me faire arrêter au minimum 3 à 4 fois par semaine. Heureusement, ils  se passent bien pour le moment mais il m’est arrivé de devoir glisser un billet pour être tranquille.

Samedi, une manifestation était prévue dans la ville et nos entreprises respectives nous ont fermement conseillées de rester chez nous.  Ce que nous avons fait malgré une journée magnifique.

Je ne m’attarderais pas sur les causes de la situation, je ne connais pas assez bien le pays. J’avoue que j’ai quand même eu peur.  Alors comme tout le monde j’ai fait les courses et l’essence pour la énième fois. J’ai écouté les gens parler pendant toute la semaine, faire monter doucement le stress.

Finalement, il ne s’est rien passé samedi. Nous n’avons rien entendu, pas une ombre de manifestation même si elle a surement eu lieu.

Alors je me demande… Ne serait-ce pas les gens qui initie ce climat ? N’est-ce pas le climat « normal » du pays ?

Il n’y a pas plus de grèves et manifestations qu’en France. Mais, nous ne sommes pas chez nous alors je comprends que certains puissent avoir peur. Ici nous sommes les étrangers, et peut-être même vus comme « ceux qui prennent le travail » et l’argent. Ces évènements initient donc des interrogations, des discussions, des exagérations au sein des expatriés… Le tout accentué par le fait que nous restons bien déconnectés de la « vraie » vie ici, de la culture, de l’histoire. Clairement, j’ai l’impression que nous vivons en vase clot, et que chaque évènement prend des proportions qu’il ne devrait pas prendre.

J’ai essayé de comprendre en discutant avec ma nounou. C’est assez compliqué de discuter alors que je connais si peu de la situation, et tout en restant à ma place pour préserver son intimité. D’ailleurs, je ne suis pas sûre que les gens parlent ouvertement des problèmes, ou de leur son parti politique ici.. Elle m’expliquait que la situation n’était pas facile, que les prix étaient cher, que les fonctionnaires n’étaient pas bien payés..

Bref, nous avons suivi les conseils et passé notre samedi à la maison. Ce n’est pas plus mal de rien faire le temps d’une journée, cuisiner, jouer dans le jardin, regarder la des dessins animés. Aujourd’hui nous sommes sortis et tout était très calme. Nous nous sommes fait arrêté pour un contrôle mais la police a été très gentille (il m’ont laissé partir sans faire de contrôle car les filles étaient fatiguées).

Un week-end comme un autre… Et comme d’habitude, je n’ai pas à me plaindre.

IMG_6187.JPG

IMG_6164.JPG

IMG_6162.JPG

IMG_6194.JPG

IMG_6175.JPG

IMG_6082-0.JPG

IMG_6082-1.JPG

3 thoughts on “Quand tout n’est pas tout doux en expat…

  1. J’ai vécu la même chose au Nigeria, grèves des pétroliers, plus d’essence, manifestations violentes dans rues, flics corrompus et à la chasse aux expats pour leur soutirer de l’argent encore et encore… Oui dans un pays comme cela nous vivons en vase clos, le fossé est bien trop grand, et chacun vit avec ses propres craintes et préjugés, les locaux aussi, c’est pas facile de n’être considéré que comme des portefeuilles sur pattes !!! Ce n’est pas toujours simple c’est vrai.

  2. Pingback: 2015 je t’attends | Talons Hauts…et Petits Pots

Laisser un commentaire