Relation fusionnelle

Les doudous, les tétines, les peluches, chaque enfant à ses préférences. Je n’étais pas trop favorable à la tétine (j’en ai déjà parlé ). Plutôt que le « besoin de succion ». je pense surtout que les bébés ont besoin d’être rassurés mais aussi de s’exprimer, et pleurer parfois, même si c’est dur à supporter.

Miss Choufleur a été allaitée les premiers jours, donc très souvent au sein. De mémoire, elle a commencé a beaucoup pleuré quand j’ai arrêté complètement l’allaitement. Avec le recul je pense qu’elle avait besoin d’être rassurée, que mes bras lui manquait. Forcement, le biberon et ma nouvelle « indépendance » avaient dû créer un manque. A l’époque, je n’avais pas compris et j’avais préféré lui donner une tétine. C’était radical et elle s’endormait puis la rejeté. Par chance, elle l’a vite rejetée pour ne plus jamais en vouloir.

Miss Momie n’a quant à elle jamais été allaitée. C’était un bébé serein, mais, même si elle pleurait peu, chaque pleur ou moindre chouinement me fendait le coeur. Au moins pleur, j’optais pour le portage en utilisant toujours la tétine qu’en dernier recours. Elle ne s’est jamais habituée et s’est donc désintéressée rapidement aussi.

Si nous avons éviter les tétines, les doudous ont une place privilégiée chez nous. Très vite, Miss Choufleur a adopté un doudou qui trainait dans son lit (le Kaloo rose). J’ai même eu plusieurs frayeurs en retrouvant ce petit bout de peluche sur son museau dans son sommeil. J’ai vite sentie que le doudou était l’assistant sommeil idéal de mes filles.

Pour l’une comme pour l’autre, chéri et moi étions d’accord sur un point : le doudou serait associé au sommeil, et ne sortirait jamais du lit. Il ne faut jamais dire jamais quand on est parents…

Tout a marché comme sur des roulettes jusqu’au moment où… Elle a commencé à demandé à prendre le doudou en sortant du lit. Nous avons tenus bons. Puis elle a insisté jusqu’à se transformer en crises, pleurs, désespoirs. Nous avons cédés.

Je ne sais pas si c’est la période des deux ans, le fait qu’on essaie de lui faire comprendre les fameuses « limites », de lui montrer ce qui est faisable de ce qui ne l’est pas, ou bien l’arrivée de la petite soeur mais il y a eu des jours où j’avais l’impression de passer la journée à crier et à lui dire « non ». Les parents sont les modèles des enfants, si ces derniers passent leur temps à dire « non », comment reprocher à’enfant de faire pareil ? Alors j’ai cherché les moments où je pouvais « lâcher prise », lui laisser faire sa vie. Le doudou en a fait partie.

Depuis quelques semaines, Miss Choufleur a une relation fusionnelle avec son doudou. Elle veut l’avoir avec elle TOUT LE TEMPS: pour manger, aller au pot, jouer (il faut dodo dans le landau) et bien sûre pour dormir. Même quand elle marche ou joue, elle le rentre dans son T-shirt, tel un bébé kangourou. Dès qu’elle est vexée, elle demande doudou.

Même si nous avons un peu cédés, nous essayons toujours de temporiser. Pour le moment, il n’est pas sorti de la maison. Il reste éloigné (mais à vu!) quand nous sommes à table ou au pot. Mais c’est difficile de voir ce bout de tissu qui traîne partout dans la maison et pouvoir retracer la journée de Miss Choufleur sur son doudou…

Clairement, je suis surprise d’assister à l’évolution de la relation entre Miss Choufleur et son doudou. J’ai presque cru que si nous lui enseignons le rapport doudou / lit dès bébé, cela lui resterait en grandissant. Que neni. Plus les jours passent, plus la relation avec son doudou devient fusionnelle. Je me doute que c’est une passe… Ma fille grandit, je ne peux plus tout contrôler, je dois la laisser grandir et trouver seule ses limites. J’ai l’impression de devenir spectatrice de cette évolution. Au final, je m’en fiche un peu, du moment qu’elle est heureuse et qu’elle ne fait rien de mal, tout va bien. J’en viens parfois même à m’attendrir face à certaines attitude, comme quand, cet après-midi, elle l’a couché dans notre lit, l’a bordé avec la couette en lui disant « bonne sieste » – Exactement les gestes que nous avons envers elle. C’est chou.

Est-ce que tous les enfants passent par ce type de période ? Jusqu’à quel âge ? Est-ce dû à l’arrivée de la petite soeur ? A l’apprentissage de l’autonomie qui lui est difficile ?

20140803-230225-82945374.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire