Miss Momie fait ses nuits ! #bonnevolonté2014

20140103-235320.jpg

20140103-235334.jpg

20140103-235347.jpg

Miss Choufleur avait déjà 6 mois quand j’ai créé ce blog, tout simplement par envie de partager mes expériences et questions existentielles de maman… J’avais eu beaucoup d’interrogations sur la maternité et une certaine solitude face à ce premier bébé. J’idéalisais complètement le fait de devenir maman (la maternité, celle dont on rêve et celle que l’on vit), pensant que c’était « inné ». Maintenant je sais que ç’est un apprentissage.

Grâce à ce blog, j’ai vécu cette deuxième grossesse « connectée » à la blogosphère, ravie de partager les aventures de @madame_bulle, @luluetsatribu, @untibebe, @bebecitrouille, @Croquezaza, @LN78990 et beaucoup d’autres.

J’ai été plus rassurée. Bien sûr j’étais déjà maman mais aussi je me sentais entourée… la magie de la blogosphère ! Toutes mes questions, je les ai posé, sur Twitter ou à travers mon blog. J’ai pu revenir et analyser mes anciennes expériences. Et je savais que je pourrais compter sur une tribu de mamans adorables.

Quand on a un enfant, passé l’euphorie des premiers jours et le premier mois du je mange / je dors / je mange / Je dors, vient le moment où bébé ne s’endort plus sur le biberon ou sur le sein (vers 1 mois pour mes deux filles). C’est là que j’ai commencé à être désemparée face à Miss Choufleur. Que faire pour qu’elle dorme ? Quelles techniques essayer ? Il paraît qu’on comprend vite son bébé. Dans mon cas, un mois et demi après sa naissance, j’étais totalement perdue face à ses pleurs et je culpabilisais de l’être…

A 2 mois, elle a commencé à bien dormir. A 3 mois, elle faisait des nuits rêvées de 21H à 9H, en se reveillant en gazouillant. J’y aurais jamais cru quelques semaines plus tôt…

Cette première expérience m’a appris que :

La patience est le meilleur ami des mamans.

Une maman ne sait pas tout, elle apprend tous les jours de son bébé.

La mère parfaite n’existe pas.

Il faut parler, communiquer, échanger sur ses problèmes, ses questions et ses doutes (avec les mamans sur Twitter c’est le top 😉 ).

Du sommeil et de l’état de maman dépend celui du bébé: une maman fatiguée, au bout du rouleau = un bébé dans le même état.

Ne pas hésiter à déléguer quelques heures voire une nuit si on peut pour récupérer, sortir la tête du guidon et récupérer

Chaque bébé est différent, il faut tester un maximum de choses avec patience.

Un bébé n’est pas « automatique » ou régulier dans sa façon d’être (désolée j’ai pas trouvé de meilleur mot). Il aura parfois besoin de plus de contact et câlin qu’à d’autres moment. Il a besoin de ses parents, du contact, de se sentir rassuré. Je n’avais même pas pensé à acheter d’écharpe de portage pour Miss choufleur, maintenant je le mettrais en Top 1 sur la liste des éléments à avoir avant la naissance.

 

La vision de ma pédiatre :

Ma pédiatre, mère de 8 enfants je précise, a une vision plutôt « mécanique » de la maternité (j’ai l’impression de voir Super Nanny…). Elle m’a donné de précieux conseils. En effet, à 1 mois, Miss choufleur dormait 12h la nuit (avec 2 pauses bib).mais la journée, c’était l’enfer. Elle hurlait non stop si elle n’était pas bercée si bien que je me suis demandé si elle en avait vraiment besoin ou pas…

Voici donc ce que j’ai appris de ma pédiatre (et qui a porté ses fruits pour l’endormissement et surtout l’apaisement Miss choufleur) :

– Pas de doute, un bébé doit dormir la journée.

Plus bébé dort, plus il dort, et vice versa (manque de sommeil = difficultés pour s’endormir)

– Passé quelques semaines, un bébé doit dormir dans sa chambre, même si il ne fait pas les nuits. C’est mieux pour le sommeil de tout le monde.

– Pour qu’un bébé dorme sereinement, il doit s’endormir dans son lit, et si possible seul. Si il s’endort dans les bras ou dans le lit des parents, il est surpris de ne pas retrouver le lieu d’endormissement et pleure.

– Il faut créer un rituel de coucher à partir du moment où le bébé a des moment d’éveil. Le rythme idéal c’est bébé se réveille, on le nourrit, on le garde un peu avec nous ou sur son tapis d’éveil et on l’observe. Dès le premier signe de fatigue (baîllement, frottement des yeux, énervement, ..) on commence le rituel du coucher. Ce dernier commence toujours par le change avant dodo, histoire de ne pas prendre bébé brusquement de l’éveil au lit directement.

– Le rituel doit être court (pas plus d’une ou deux minutes): on peut essayer câlin, berceuse, tetine, doudou… Personnellement je ne suis pas fan des mobiles, pour ne pas être dépendant au cas où on doit aller à l’extérieur.

Si bébé pleure: revenir le rassurer à des intervalles 5 minutes puis 10 minutes puis 15.. J’étais incapable de la laisser pleurer. J’avais délégué au papa et j’étais partie car je savais qu’il n’y avait plus que ça à faire. Il fallait qu’elle s’endorme seule dans son lit. Et ça a marché. Chaque jour elle pleurait moins puis elle ne pleurait plus du tout et était ravie d’aller au lit. C’est alors qu’elle s’est mise à faire de longues siestes, parfois 4/5H d’affilé en journée. Quand je repense que j’en étais venue à me dire qu’elle n’avait pas besoin de dormir…. Elle avait besoin d’apprendre à s’endormir.

– Ne pas hésiter à faire intervenir une autre personne pour le coucher : le papa bien sûr mais pourquoi pas la mamie ou bien même une amie. Cette personne aura peut-être une façon de faire ou une idée miraculeuse que vous n’avez pas testée. Dans mon cas, ma mère m’a proposé de tester la tétine pour Miss Choufleur (je n’y avais même pas pensé tellement j’étais à l’ouest) et c’était ce dont elle avait besoin pour se calmer. Aussi, elle l’a couchée une nuit sans la bercer et s’est endormie seule, preuve que je m’obligeais à la bercer pour rien…

 

Qu’est-ce qui a marché pour Miss Momie ? (ce qui avait marché pour Miss Choufleur)

Avec Miss Choufleur j’étais souvent stressée, à suivre ce qu’on me disait, déprimée. J’avais plein de théories comme ne pas « l’habituer aux bras », contre le cododo, contre la tétine.

J’étais bien plus sereine pour Miss Momie et je pense qu’elle l’a sentie. Je savais déjà que chaque bébé est différent et que ce qui avait marché pour la première ne le serait pas forcément pour la deuxième. Je m’étais préparée à prendre le temps, à privilégier mon sommeil, à demander de l’aide dès le début sans culpabiliser.

Les premières semaines, je n’ai pas hésité à la prendre dans le lit avec moi pour qu’on dorme autant elle que moi. J’ai acquis l’idée qu’il faut une période de transition entre le ventre de maman et l’autonomie. On se sentaient pendant la nuit, et elle était plus sereine la journée pour dormir pendant que je faisais autre chose (ou dormais aussi d’ailleurs 😉 ). J’avais tout à portée de bain (biberon et couche) pour ne pas avoir à sortir de mon lit. Elle se rendormait tranquillement entre papa et maman. Et nous on lui caressait le ventre ou mettait la tétine quand on sentait qu’elle s’énervait ou se réveillait sans avoir vraiment faim…. Elle a donc très vite espacé les biberons de 4/5H voire 6H d’affilé.

Progressivement, la journée, nous avons essayé de la mettre dans son lit (ou plutôt HORS de notre lit) pour dormir. Mais quand ça ne marchait pas nous n’insistions pas. Nous la remettions seule dans notre lit. Elle s’endormait parfois seule mais je n’hésitais pas à rester près d’elle jusqu’à l’endormissement total.

Arrivés au Gabon, c’est devenu plus compliqué. Elle était plus enervée, un peu perdue, seul le porte-bébé été radical. Les nuits se passaient assez bien mais il m’est arrivé de la porter toute la journée, ne pouvant pas la poser sans qu’elle se réveille. J’ai eu peur qu’elle prenne de mauvaises habitudes mais chéri m’a toujours rassuré « Ne paniques pas, si elle a besoin de ça faisons le, elle est petite on verra plus tard » (le chéri qui rassure c’est le plus important 😉 ).

Peu à peu, elle a commencé à se réendormir seule, si bien qu’à un mois et demi, elle dort 7H/8H d’affilé : biberon à 21h, dodo à 21h30 et réveil à 5H / 5H30 (j’espère que ça va durer…). Elle n’a toujours pas de rythme fixe la journée mais j’ai l’impression que ça vient (c’est quand même plus facile au bib).

Commencer l’apprentissage du « dodo seule » avec les biberons de nuit. Tout faire dans le silence et la pénombre et la remettre au lit en suivant, en essayant de la stimuler le moins possible. Au début avec la tétine, puis progressivement sans… (je conseille vraiment de tester le « sans tétine » la nuit, je n’y croyais pas et pourtant ça a marché).

– Lui placer la tête contre un bord du lit, voire dans un angle, qu’elle se sente entourée.

– L’option doudou a très bien marché aussi. Je sais que ce n’est pas conseillée mais c’est le seule truc qui a été miraculeux. Je place le doudou tout près de sa joue, pas trop bas pour ne pas qu’elle puisse l’attraper avec sa main, et le bloque dans le coin du matelas pour éviter les risques. Je le fais des deux côtés du visage. Ca a été radical, elle tourne sa tête sur le côté, fouine son nez dedans, se caresse le visage dessus et s’endort.

– Depuis une semaine, je suis le conseil de la pédiatre : dodo -> biberon -> éveil, observation -> change -> rituel -> dodo.

– Quand je sens qu’elle n’est pas 100% calme, surtout la journée, je n’hésite pas à lui mettre la tétine. Ca l’apaise de suite. Chez nous la tétine reste dans le lit et fait partie exclusivement du rituel du coucher.

– Je lui mets toujours sa même petite couverture en laine sur les pieds.

– Si je sens qu’elle est fatiguée, je lui donne la fin du biberon dans sa chambre, dans la pénombre et le silence pour être sûre qu’elle s’endorme ensuite. Je fais pareil si nous sommes sortis et qu’elle a été beaucoup stimulée. Ca lui permet de retrouver ses repères.

– Je fais mes expérimentations de maman sur les bibs de la nuit ou celui juste après le bain, car c’est les moments les plus propices à l’endormissement.

Lui parler, lui expliquer tout ce que je fais, tout ce que je vais faire : « je vais te changer la couche puis tu iras au lit… ».  Si elle se réveille la nuit, lui dire doucement « ce n’est pas l’heure de manger, c’est l’heure dormir, je reviens plus tard…« . Lui montrer que je suis là.

Je suis consciente que le biberon aide à créer un rythme pour bébé. Si j’avais réussi à allaiter, j’aurais été à la demande jusqu’à 2 / 3 mois et la fusion mère/enfant aurait été surement plus dure à gérer. J’avais allaité 10 jours Miss choufleur et je me souviens qu’elle s’endormait qu’au sein. Je ne savais pas si elle voulait manger ou être prêt de moi, mais peu importe. Les bébés de mes amies qui allaitent ont plus de difficultés à s’endormir seul, à être « sans maman », surtout les plus petits. Je parlais de cette période de transition entre le ventre et l’autonomie, l’allaitement en fait parti. Cette transition est plus longue mais aussi plus intense, mais ça ne veut pas dire qu’il ne doit pas apprendre à s’endormir seul…

Je voudrais terminer cet article par le plus important : le chéri. Il est près de nous et disponible, même quand il travaille : toujours à me conseiller, me soutenir, me dire que ce que je fais est bien quand je doute. Il est lâ pour prendre le relais quand je suis fatiguée, quand j’ai besoin de souffler. Ses filles l’aiment plus que tout. Une perle.

 

 

Une réflexion au sujet de « Miss Momie fait ses nuits ! #bonnevolonté2014 »

  1. Ping : [J'ai testé] Le doudou Kaloo | Talons Hauts...et Petits Pots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *